Comme beaucoup de sites internet, les sites de BSA utilisent des cookies pour assurer le fonctionnement efficace de ces sites internet et afin de procurer à nos utilisateurs la meilleure expérience possible. Vous pouvez en apprendre plus sur notre emploi de cookies et vous pouvez changer les paramètres de confidentialité a tout moment. En continuant d’utiliser ce site sans changer vos paramètres, vous autorisez notre emploi de cookies.

Infos

La dernière étude publiée par BSA | The Software Alliance menée conjointement avec IDC révèle que le taux de logiciels non conformes s’élève encore à 36% en France, malgré les menaces sécuritaires qui pèsent sur les utilisateurs

Paris — 24 juin 2014 —

Les utilisateurs d’ordinateurs citent le risque d’être victimes de programmes malveillants (malware) comme la raison N°1 qui les freine à utiliser des logiciels sans licence. Ils craignent plus particulièrement les intrusions de leur système par des hackers et la perte de données. C’est l’un des principaux enseignements que l’on peut retirer de l’édition 2014 de l’étude de BSA | The Software Alliance menée avec IDC.

36% des logiciels installés sur les ordinateurs en France en 2013 ne disposent pas d’une licence conforme ; un chiffre en baisse de 1 point par rapport à la précédente étude portant sur l’année 2011 (37%) et en décroissance constante depuis 2005 (47%), mais qui demeure supérieur à la moyenne de l’Union Européenne (31%, contre 43% à l’échelle mondiale).

Au-delà de la tendance baissière de l’utilisation de logiciels non conformes en France, les conclusions de l'étude mondiale de la BSA sur les logiciels soulignent avant tout la nécessité d’adopter des pratiques adaptées de gestion des actifs logiciels, surtout en entreprise. Car cette baisse s’avère encore insuffisante et pas seulement au regard des résultats constatés au sein de l’UE, comme le souligne François Rey, Président du Comité France de la BSA :

« Ce que l’on constate, c’est que sous l’effet de l’action continue de la BSA et des différents acteurs publics et privés qui défendent le respect de la propriété intellectuelle, le taux de logiciels non conformes continue de baisser depuis près de 10 ans. C’est encourageant, même s’il reste supérieur à celui de l’UE et de nos voisins ; mais c’est encore insuffisant pour soutenir notre économie, accroître notre compétitivité, soutenir les sociétes qui en vivent et les emplois associés et enfin réduire les risques juridiques, financiers et sécuritaires liés à la non-conformité. La BSA s’emploie d’ailleurs de façon soutenue en ce sens : cela passe par des actions de sensibilisation, bien sûr, au travers de diverses prises de parole et la publication de nombreuses études mais aussi différents partenariats avec les acteurs économiques concernés, les pouvoirs publics, les instances d’audit, de contrôle de gestion ou comptables ou encore de normalisation comme l’AFNOR»

« La plupart des gens ignorent ce qui est installé sur leurs systèmes. Il faut que cela change », affirme pour sa part Victoria Espinel, PDG de la BSA. « Il existe des pratiques de bon sens que les dirigeants et les administrateurs devraient suivre et faire appliquer pour s’assurer que les logiciels utilisés dans leur entreprise ne sont pas piratés ou sans licence conforme. »
L’étude mondiale de la BSA sur le piratage des logiciels est menée tous les 2 ans en collaboration avec IDC. Pour cette édition, les utilisateurs d’ordinateurs de 34 pays ont été interrogés, dont près de 22 000 utilisateurs de PC professionnels et grand public et plus de 2 000 responsables IT. Voici quelques-unes des conclusions notables de l’étude :

  • 36 % de logiciels installés sur des PC en France en 2013 étaient donc des programmes sans licence conforme, une variation de 1 point par rapport à 2011 (37%). La valeur commerciale de ces logiciels piratés totalise 2,7 milliards de dollars (à comparer aux 13,5 milliards de dollars pour l’ensemble de l’UE), soit un peu moins de 2 milliards d’Euros.
  • Pour tous les utilisateurs à l’échelle mondiale, le motif numéro 1 de ne pasutiliser de logiciels piratés est d’éviter de s’exposer à des risques de sécurité liés aux programmes malveillants. Parmi les risques associés aux logiciels piratés, 64% des utilisateurs citent en premier l’accès non autorisé de hackers, suivi à 59% par la perte de données.
  • Les responsables IT du monde entier confient leurs craintes légitimes des conséquences de l’utilisation de logiciels piratés, pourtant moins de la moitié sont certains que les logiciels utilisés dans leur entreprise sont bien sous licence conforme.
  • Seules 28% des entreprises en France ont mis en place des règles écrites imposant d’utiliser des logiciels sous licence conforme. Précisons qu’à l’échelle mondiale, ce sont 35% des entreprises qui ont procédé à l’instauration d’une telle règlementation.

En France, la BSA s’active sur tous les fronts : celui de la sensibilisation aux risques liés à la non-conformité de l’ensemble des acteurs de l’écosystème du logiciel (comme le 25 mars dernier à l’occasion d’une table ronde organisée avec le concours de la CCI de région Alsace-Strasbourg, ou encore le 15 mai, lors d’une conférence de la Société Française des Analystes Financiers pour insister sur la nécessité d’inscrire les logiciels comme actifs immatériels de l’entreprise) ; mais aussi celui de l’action concrète, afin d’inciter les entreprises à adopter des bonnes pratiques de Gestion des Actifs Logiciels (Software Asset Management, SAM), leur permettant d’optimiser leur parc logiciel, d’être en conformité et ainsi de limiter les risques.

On peut à cet égard citer l’énorme travail accompli conjointement avec l’AFNOR depuis près de 2 ans pour la mise en place d’une norme SAM au sein des entreprises, afin de leur permettre de rationaliser la gestion de leur portefeuille de logiciels selon les besoins et les ressources.

« L’utilisation de logiciels sans licence en entreprise résulte d’un problème de gouvernance. Des changements s’imposent, comme le démontre cette étude », explique Victoria Espinel, PDG de la BSA. « Il existe des mesures basiques, à la portée de toutes les entreprises, pour renforcer leur conformité, comme celles visant à établir une politique formelle sur l’utilisation des logiciels sous licence et à tenir des registres à jour. Les entreprises auraient aussi intérêt à mettre en place des programmes de gestion des actifs logiciels (SAM) plus stricts, selon les bonnes pratiques internationales. Ainsi, elles pourraient procéder aux contrôles nécessaires pour connaître exactement quels sont les logiciels installés sur le réseau. Ces bonnes pratiques aident à limiter les risques sécuritaires et opérationnels et les entreprises sauraient systématiquement si elles disposent d’un nombre de licences suffisant. »

D’autres conclusions de l’étude mondiale de la BSA s’avèrent également dignes d’intérêt :

  • A l’échelle mondiale, 43% des logiciels installés sur PC en 2013 étaient des programmes sans licence conforme ; une hausse de 1% par rapport à 2011 qui s’explique notamment par l’augmentation continue de l’utilisation de logiciels piratés dans les pays émergents, où ils sont déjà majoritaires sur les PC.
  • La valeur commerciale de ces logiciels piratés totalise la somme de 62,7 milliards de dollars pour 2013.
  • La région affichant le taux le plus haut d’utilisation de logiciels sans licence sur PC en 2013 est l’Asie-Pacifique, avec 62% ; un score 2% plus élevé qu’en 2011, qui porte la valeur commerciale des logiciels piratés à 21 milliards de dollars.
  • L’Europe centrale et de l’Est arrive en seconde position avec 61% de logiciels sans licence, suivie de l’Amérique latine, à égalité avec le Moyen-Orient et l’Afrique avec 59%.
  • L’Amérique du Nord conserve pour sa part le taux le plus bas d’installation de logiciels sans licence avec 19%, ce qui représente néanmoins une valeur commerciale non négligeable, de près de 10,9 milliards de dollars.
  • Cette proportion de logiciels illicites chute de 2 points par rapport à 2011 pour ce qui concerne l’Union européenne, cette dernière passant ainsi en 2013 à 31%, pour une valeur commerciale de 13,5 milliards de dollars.

Pour consulter le rapport complet de l’étude mondiale de BSA sur les logiciels et connaître les résultats par pays, rendez-vous sur la page : www.bsa.org/globalstudy.

A propos de BSA |The Software Alliance

BSA | The Software Alliance (www.bsa.org) est le premier défenseur des intérêts de l’industrie logicielle auprès des autorités gouvernementales et des places de marché internationales. Cette association réunit des entreprises d’envergure internationale, à l’origine de solutions logicielles innovantes qui contribuent à l’essor économique et améliorent la qualité de vie. Basée à Washington DC et présente dans une soixantaine de pays, la BSA propose de nouveaux programmes de conformité prônant l’usage légal des logiciels et promeut les politiques publiques à même de favoriser l’innovation technologique et de stimuler l’essor de l’économie numérique.

Contacts Presse

Raphaël Soudan +33 1 53 32 55 17
raphael.soudan@ketchum.fr
Bastien Rousseau +33 1 56 02 35 05
bastien.rousseau@ketchum.fr

À propos de la BSA

BSA | The Software Alliance (www.bsa.org) est le principal organisme de défense et de promotion de l'industrie du logiciel auprès des administrations gouvernementales et sur le marché international. Ses membres comptent parmi les sociétés les plus innovantes au monde, à l'origine de solutions logicielles qui stimulent l'économie et améliorent la vie moderne. Forte de son siège à Washington, DC et d'opérations dans plus de 60 pays à travers le monde, la BSA propose de nouveaux programmes de conformité prônant l'usage légal des logiciels ; elle promeut les politiques publiques à même de favoriser l'innovation technologique et de stimuler l'essor de l'économie numérique.
Plus >>


Techpost Facebook

Suivre BSA Europe (disponible en anglais seulement)